Un cocktail au Mabilay ? Suivez le guide…


Si vous connaissez le Mabilay au moment du déjeuner ou des afterworks du jeudi soir, vous avez déjà rencontré Jean : un barman passionné, c’est une chance de découvrir de nouveaux produits et de nouvelles façons de les consommer, notamment avec les cocktails.

La France est, à raison, plus réputée pour ses fromages que pour ses cocktails. Compagnon de route de James Bond et de Tom Cruise, le cocktail souffre trop souvent de l’image associée au parapluie en papier qui le surmonte : un peu kitsch et pas vraiment indispensable. Et si on changeait d’avis ? 

En Québécois, on dit « coquetel »

Les cocktails trouvent leur origine en Angleterre et leur démocratisation aux États-Unis. Les raisons qui ont poussé les êtres humains à expérimenter ces premiers mélanges plus ou moins hasardeux sont liées à des préoccupations d’une ambition gustative toute relative…

Côté anglais, au XVIIe siècle, on espérait qu’ajouter de l’alcool à l’eau permettrait de réduire les risques de contracter certaines joyeusetés comme la diphtérie ou le choléra. C’est donc en pharmacie qu’on achetait les premiers « cocktails ». Aux USA, la prohibition des années 20 a tiré vers le bas la qualité gustative des alcools. Tant et si bien que les mélanges étaient utilisés pour… assurer une dégustation sans grimaces.

En France, c’est encore un « art » méconnu, comme le raconte Jean : « Pour moi, le cocktail est un moyen de rapprocher les gens autour d’un produit sous-estimé, aussi noble que le vin et le champagne : les cocktails ont créé aussi bien de grands barmen que des lieux mythiques. Une belle carte de cocktails n’est pas moins prestigieuse qu’une carte des vins, mais beaucoup de professionnels se prétendent mixologistes dès lors qu’ils savent faire un mojito… »

Pour commencer : se laisser convaincre

Sous ses apparences festives, le cocktail est en réalité une pratique exigeante : « les cocktails font intervenir de très beaux produits, du haut de gamme… Cela donne une boisson relativement onéreuse par rapport à un verre de vin, c’est sûr, mais c’est aussi une boisson de l’instant et sur mesure ! Le barman fait intervenir son feeling et sa connaissance des produits, des associations et des doses ».

Parce qu’il aime varier les plaisirs, Jean a également une formation de sommelier : « Le vin est un puits sans fond d’histoire et de culture, c’est la noblesse du travail de l’homme sur la vigne… Un monde prestigieux sans limites ! Au Mabilay, on veut faire découvrir des vins parfois peu connus et lutter à notre échelle contre “les buveurs d’étiquette” ! »

Avant de se remettre au travail, Jean nous confie la composition de son cocktail favori, le Brandy Alexander : « Grand Cognac, crème légère et crème de cacao ». À déguster avec enthousiasme et modération !