Rennes : Le Mabilay, futur siège de la French Tech - 20Minutes


Ancien siège de France Télécom qui a délaissé les lieux en 2008, l’immeuble du Mabilay redevient de nouveau branché. D’ici l’été 2015, il accueillera les équipes de la French Tech, label décerné le 12 novembre à l’agglomération rennaise. La secrétaire d’Etat chargée du numérique Axelle Lemaire a profité de sa visite dans la capitale bretonne ce vendredi pour visiter les lieux. «Avec cette soucoupe illuminée, c’est le « wouah effect » garanti comme on dit aux Etats-Unis», a indiqué l’ancienne députée des Français de l’étranger, en référence à la drôle de soucoupe installée sur le toit de l’immeuble. 

Ancien siège de France Télécom qui a délaissé les lieux en 2008, l’immeuble du Mabilay redevient de nouveau branché. D’ici l’été 2015, il accueillera les équipes de la French Tech, label décerné le 12 novembre à l’agglomération rennaise. La secrétaire d’Etat chargée du numérique Axelle Lemaire a profité de sa visite dans la capitale bretonne ce vendredi pour visiter les lieux. «Avec cette soucoupe illuminée, c’est le « wouah effect » garanti comme on dit aux Etats-Unis», a indiqué l’ancienne députée des Français de l’étranger, en référence à la drôle de soucoupe installée sur le toit de l’immeuble. 

La métropole veut acquérir 1500 m2 de surface

Le «bâtiment-totem» de 16 500 m² hébergera entre autres les équipes de la Cantine Numérique et du LabFab et jouera également le rôle d’incubateur pour les jeunes pousses du numérique. «L’idée est de regrouper au sein d’un même lieu tout l’écosystème numérique et de la rendre ainsi plus visible», indique Norbert Friant, responsable du service aménagement et usages du numérique à Rennes Métropole.

Avant l’installation des équipes, Rennes Métropole devra valider l’acquisition de trois plateaux sur une surface totale de 1 500 m2 avec le groupe Legendre, propriétaire des lieux depuis 2010. 

Encore des bureaux à vendre

Une fois l’accord scellé, il ne restera alors plus que huit plateaux à vendre. «Nous sommes déjà en négociations pour trois autres niveaux. Fin 2015, on devrait être à 70% d’occupation et on espère bien que l’immeuble soit rempli fin 2016», précise Jean-Paul Legendre, PDG du groupe de BTP et de OTI Promoteur Constructeur.

Après avoir accueilli temporairement la biennale d’art contemporain en 2012, l’immeuble Le Mabilais abrite désormais les sociétés RegionsJob et Infotel, le cabinet d’avocats Fidal, le centre d’information et de recrutement de l’armée ainsi qu’un restaurant ouvert depuis peu.­

Retrouvez ici l'article de Jérôme Gicquel du 20 Minutes